Maison de retraite, EHPAD : quelles alternatives pour loger les seniors ?

Accueil » Aides » EHPAD / Maison de retraite » Maison de retraite, EHPAD : quelles alternatives pour loger les seniors ?

Lorsqu’ils perdent en autonomie et rencontrent des difficultés alors qu’ils se retrouvent seuls au sein de leur logement, les seniors ont tendance à rapidement être orientés vers des maisons de retraite. Or, certains refusent de quitter leur maison au profit de ces établissements jugés trop rigides, médicalisés ou encore impersonnels. Voici quelques alternatives pour loger les personnes âgées sans les déplacer vers un EHPAD.

Maison de retraite, EHPAD, quels inconvénients pour les seniors ?

Avec l’âge, certains seniors subissent une perte d’autonomie qui ne leur permet plus de vivre seuls au sein de leur logement habituel. Entre chutes, glissades et risques d’accident, ces derniers sont bien souvent contraints de troquer leur indépendance au profit d’un placement en maison de retraite ou en EHPAD.

Néanmoins, malgré les supplications des professionnels de santé et de leurs proches, il arrive que des personnes âgées résistent et décident de refuser de telles alternatives à leur logement actuel, et ce, même s’il est dangereux pour eux d’y rester. Ce type de déménagement peut effectivement comporter des inconvénients qui peuvent peser lourd sur le moral des seniors.

La perte d’autonomie et de liberté

La première raison pour laquelle les personnes âgées rechignent à l’idée d’intégrer une maison de retraite est cette impression de faire une croix sur leur autonomie et leur liberté. Se conformer à des horaires pour manger, pour faire sa toilette ou même pour se réveiller peut effectivement être source d’angoisse pour des adultes ayant agi toute leur vie comme bon leur semble. Être privés de sortie et voir leurs droits être limités peut aussi stresser ceux qui souhaitent profiter encore de leurs années pour mener les activités qu’ils souhaitent.

Des frais onéreux pour résider dans un lieu médicalisé

Intégrer un EHPAD ou une maison de retraite représente un sacré budget mensuel pour les personnes âgées qui ne disposent parfois que d’une maigre retraite pour vivre. Bien souvent, ces derniers pensent au patrimoine qu’ils souhaitent léguer à leurs enfants et refusent de le dépenser pour être logés dans un établissement médicalisé. Par souci financier, ils préfèrent alors rester chez eux même si évoluer dans un lieu inadapté s’avère être dangereux.

Le traumatisme de quitter un logement occupé toute une vie

Bien souvent, les retraités ont passé plusieurs décennies au sein de leur logement et sont particulièrement attachés aux murs, aux objets et même au quartier qui a vu naître leurs plus beaux souvenirs. C’est pour ne pas avoir à faire leurs adieux à une vie entière qu’une grande partie d’entre eux ne souhaitent pas quitter leur appartement au profit d’une maison de retraite sans doute plus adaptée, mais pas aussi réconfortante que leur doux foyer.

Quelles sont les alternatives pour loger les personnes âgées en perte d’autonomie ?

Pour que les personnes âgées puissent être en sécurité sans pour autant intégrer une maison de retraite, divers dispositifs ont été déployés par des organismes publics ou privés. Ces mesures permettent de répondre avec justesse aux souhaits des seniors de manière totalement adaptés afin d’éviter stress et tristesse à ceux qui ont parfois des idées bien tranchées sur leur lieu de vie.

Favoriser le maintien à domicile grâce à des travaux et une aide humaine

La première alternative à l’EHPAD et à la maison de retraite est celle qui consiste à adapter le logement des seniors qui refusent de déménager. En réalisant quelques travaux d’amélioration de leur domicile, ces derniers pourront évoluer sans danger au sein de leurs murs. Les travaux et installations suivants permettront effectivement d’offrir une sécurité optimale à nos aînés :

  • Installation d’un monte-escalier, de rampes et de barres d’appui ;
  • Travaux dans la salle de bain, installation d’une douche senior, de sols antidérapants et d’un siège de douche ;
  • Poser des éclairages automatiques, installer des caméras et un dispositif anti-chutes pour garder un œil sur un parent qui a tendance à cumuler les chutes.

Certains services peuvent intervenir en complément des travaux pour améliorer le quotidien des personnes âgées désireuses de rester chez elles. Des aides à domicile pour entretenir les lieux peuvent être engagées tandis que le portage des repas est un excellent moyen pour les seniors de se nourrir sans démarches potentiellement dangereuses.

L’EHPAD à domicile pour conserver ses habitudes et son environnement

Lorsqu’une personne âgée rencontre certains problèmes de santé, mais refuse obstinément d’être déplacée en EHPAD, c’est l’EHPAD qui peut se déplacer. Des professionnels de santé peuvent effectivement se relayer auprès du malade pour lui offrir des soins adaptés tout au long de la semaine. En complément d’installations domotiques et de services de téléassistance, les seniors qui optent pour cette solution s’assurent de conserver leur santé et leur indépendance au sein même de leur logement.

Le déménagement pour choisir un toit adapté à ses difficultés

Lorsque les travaux d’adaptation du logement d’un senior sont particulièrement onéreux, ce dernier peut choisir de conserver son autonomie en changeant simplement d’adresse. Sans intégrer un logement médicalisé, les personnes âgées peuvent opter pour un autre appartement qui leur permettra d’évoluer de manière plus sécurisée. Un studio sans escalier muni d’une douche adaptée profitera davantage à ceux qui tiennent à rester dans leur quartier.

Les résidences autonomie pour conserver sa liberté

Pour être certaines de profiter d’un logement adapté à leur âge et à leur perte de mobilité, les personnes âgées en quête d’un nouvel appartement peuvent se tourner vers les résidences autonomie, aussi appelées résidences seniors. Ces logements déployés spécifiquement pour nos aînés favorisent les échanges puisse que le voisinage se compose de retraités et offre sécurité et services adaptés aux résidents. En effet, en intégrant une telle résidence, les locataires peuvent profiter d’un restaurant, d’animations, d’activités, de femmes de ménage, d’une option blanchisserie et même de sorties organisées entre voisins.

L’habitat inclusif pour vivre en collectivité

Pour renouer avec leur vie étudiante et profiter des avantages de la vie en communauté, les personnes âgées les plus sociables peuvent également se tourner vers l’habitat inclusif. Au sein des grandes villes, les logements gérés et occupés par des seniors en colocation sont de plus en plus nombreux et intégrer l’un d’eux offre de nombreux avantages :

  • Partager les frais liés à l’occupation et l’entretien d’un logement ;
  • Rompre l’isolement qui touche de nombreux seniors ;
  • Rester autonome, car les décisions sont prises entre locataires uniquement ;
  • Organiser des projets, des animations, des sorties et même des voyages entre amis.

La famille d’accueil pour retrouver les habitudes de la vie de famille

Certains professionnels agréés par le département accueillent au sein de leur famille des seniors en perte d’autonomie. Plus personnelle qu’une maison de retraite, cette alternative permet aux personnes âgées de nouer des liens fort avec ses accueillants et de bénéficier en prime d’un service complet. Les repas, l’entretien de leurs effets personnels et leurs sorties sont totalement inclus dans les frais mensuels que coûte ce type d’hébergement qui comporte l’avantage non négligeable d’être administré par une personne apte à prodiguer soins de santé et accompagnement dans les gestes de la vie courante.  

Le partage du logement avec un étudiant pour lutter contre l’isolement

Pour conserver leur logement tout en s’assurant une présence au quotidien, les personnes âgées les plus seules peuvent aussi choisir d’accueillir un colocataire dans leur appartement. Bien souvent, les seniors disposent de chambres vides qui peuvent permettre à un étudiant ou à une personne qui ne disposent pas de revenus assez conséquents pour payer un loyer d’occuper les lieux. En contrepartie de quelques discussions avec leur hôte, de la préparation de ses repas et de l’assister dans quelques formalités, ces derniers disposent d’un toit et d’un ami à qui raconter leurs journées.

Quelles aides pour financer des alternatives à la maison de retraite ?

Les alternatives à la maison de retraite ou à l’EHPAD citées ci-dessus peuvent parfois rendre éligibles les seniors à des prestations sociales. Pour réduire leurs dépenses de logement, ces derniers peuvent effectivement compter sur les dispositifs suivants :

  • Les aides de l’Anah et d’Action logement pour réaliser des travaux afin d’adapter leur lieu de vie ;
  • Les aides de leur Caisse de retraite pour bénéficier des services d’une aide à domicile ou du portage des repas ;
  • Des crédits d’impôt lorsqu’ils font appel à des services à la personne ;
  • L’APL lorsqu’ils louent un logement ;
  • Les logements sociaux pour déménager en s’assurant un petit loyer ;
  • L’allocation personnalisée d’autonomie de la CAF ;
  • MaPrimeAdapt’ pour réduire leur dépenses en énergie ;
  • Ou encore la prime Carsat pour financer des améliorations de leur logement et y évoluer en toute sécurité.

Vous êtes perdu dans les démarches de votre demande de pension de réversion ? Nos experts sont là pour vous aider !

SUJETS SIMILAIRES