Retraite : 3 mesures passées inaperçues attendues par les seniors en 2024

Accueil » Actualités » Retraite : 3 mesures passées inaperçues attendues par les seniors en 2024

À l’heure où l’inflation continue d’impacter le budget des seniors, la revalorisation des retraites de base met du baume au cœur à nos aînés et fait parler d’elle. Pourtant, la hausse de 5,3 % des pensions n’est pas la seule bonne nouvelle du moment. 3 mesures, passées inaperçues, sont attendues par les seniors et les futurs retraités en 2024. Découvrez-les ici.

Une hausse des retraites qui évince d’autres bonnes nouvelles

En ce qui concerne la retraite et le pouvoir d’achat des seniors, les médias ont très largement évoqué la récente revalorisation de 5,3 % des pensions de base. À l’heure où l’inflation impacte particulièrement le portefeuille de nos aînés, cette bonne nouvelle, visible dès février 2024 sur le compte en banque des pensionnés, n’est pourtant pas la seule mesure déployée par les Caisses de retraite pour rendre le quotidien de ces derniers plus confortable.    

3 mesures passées inaperçues qui vont améliorer le pouvoir d’achat des seniors en 2024

En effet, 3 autres mesures, passées totalement inaperçues, sont pourtant attendues par les seniors et les futurs retraités cette année. Prévues elles aussi pour protéger le budget des pensionnés, elles n’ont que très peu fait parler d’elles, mais complètent tout de même la revalorisation des retraites pour accompagner ceux qui subissent de plein fouet la hausse des prix.

Une nouvelle hausse du PASS qui joue en faveur des futurs retraités

Après 2 années de gel, les plafonds de la retraite de base déjà réhaussés en 2023 à hauteur de 6,9 % sont à nouveau augmentés. Le PASS, dès ce 1er janvier 2024, est cette fois-ci revu de 5,4 % pour assurer des revenus plus confortables à ceux qui liquideront leurs droits cette année.

Pour rappel, les plafonds de la sécurité sociale interviennent comme seuils lorsqu’il s’agit de déterminer les droits des pensionnés. Jusqu’alors, le PASS limitait à 1 833 € le montant maximal des retraites versées aux retraités et contraignait ceux qui avaient bénéficié d’un salaire confortable à se contenter d’une maigre rente. Désormais, les plafonds atteignent 1 932 € bruts et les nouveaux retraités de la CNAV et de la Carsat pourront donc profiter de revenus plus conséquents.    

La retraite minimum à nouveau revalorisée ce 1er janvier 2024

Suite à une hausse du montant minimum des retraites, le minimum contributif a lui aussi été révisé. Depuis le 1er janvier 2024, les pensions de base versées aux retraités les plus modestes atteignent jusqu’à 876 € contre 733 € l’an passé. Calculé au prorata des trimestres cotisés par les travailleurs, ce revenu minimal permet aux seniors ayant perçu de faibles ressources au cours de leur carrière de bénéficier d’une rente assez conséquente pour vivre.

Pour rappel, la retraite minimum peut être majorée lorsqu’un assuré cotise pendant plus de 30 années et concerne uniquement les seniors affiliés à l’Assurance retraite. Les Caisses de retraite complémentaires, comme l’Agirc-Arrco, ne proposent pas de retraite minimum.  

Le malus Agirc-Arrco voué à disparaître au printemps 2024

Pour permettre à ses assurés de percevoir davantage de revenus à l’heure où l’inflation rend plus difficile leur quotidien, l’Agirc-Arrco prévoit toutefois certaines mesures. La disparition du malus de l’organisme au 1er avril 2024 est l’une d’elles. Pour rappel, les anciens salariés du secteur privé subissaient jusqu’alors une décote de leur rente pendant 3 années lors d’un départ à taux plein, à moins d’exercer encore leur activité professionnelle pendant quelques années supplémentaires.

Suite à la mise en application récente de la réforme des retraites, l’organisme a annoncé la suppression de ce système qui lésait les travailleurs qui liquidaient leurs droits au plus tôt. Devenu obsolète, le malus disparaîtra donc totalement au printemps, sans qu’aucun remboursement des sommes prélevées aux assurés ces derniers temps ne soit toutefois prévu.

Le budget des retraités protégé par les Caisses de retraite  

Ces dernières années, l’Assurance retraite et les Caisses complémentaires telles que l’Agirc-Arrco ont régulièrement agi en faveur du pouvoir d’achat des retraités qu’elles indemnisent. À travers de nombreuses revalorisations des pensions de retraite et des plafonds qui déterminent les droits de leurs assurés, les organismes ont contribué à protéger le budget des seniors.

Face à la hausse des prix causée par l’inflation, les plus vulnérables ont pu compter sur le soutien et l’accompagnement des Caisses de retraite ainsi que sur de nombreux dispositifs sociaux tels que l’Aspa, la CSS et bien plus encore.

Vous êtes perdu dans les démarches de votre demande de pension de réversion ? Nos experts sont là pour vous aider !

SUJETS SIMILAIRES