Payer moins d’impôts une fois à la retraite

Femme retraité devant calculatrice

Lors de votre année de retraite, voire de préretraite, vous percevez généralement des indemnités en fonction de votre situation, des indemnités qui peuvent être imposables ou non, à l’exception des pensions de retraite qui, sauf exception, sont toutes imposables.

Mais alors, comment payer moins d’impôt quand on n’est plus un travailleur actif ? Quelles solutions existe-t-il ?

Focus sur les pensions et les indemnités de retraites ainsi que les solutions fiscales pour réduire votre impôt.

Quels impôts avec les indemnités de retraite ?

Le cas de la préretraite

Si vous partez en préretraite, l’imposition des indemnités de préretraite ou des primes diffère selon le cas d’une rupture de contrat de travail ou non.

  • Dans le cas d’une rupture de contrat : toutes les indemnités versées sont imposables en intégralité dans la catégorie « Traitements et salaires ». Depuis le 1er janvier 2019 qui correspond à l’instauration du prélèvement à la source, le montant que vous recevez est un montant net de retenue à la source. S’il agit d’un plan social, les indemnités de départ volontaire en préretraite sont toutes exonérées en revanche.
  • Dans le cas d’une non-rupture de contrat (régime de préretraite d’entreprise, préretraite progressive) : les indemnités de départ sont imposables. Depuis le prélèvement à la source, le montant perçu est un montant net de retenue à la source.

Ainsi, au moment de la déclaration de l’indemnité l’année qui suit sa perception, vous pouvez demander l’imposition des indemnités de départ en préretraite en prenant en compte un système de quotient.

À noter : À partir des revenus de l’année 2020, l’article de loi n° 2019-1479 du Code des finances a supprimé le système d’étalement pour les indemnités de départ en préretraite perçues à partir du 1er janvier 2020. Le système de quotient perdure quant à lui.

Si vous partez en retraite

Si vous partez volontairement à la retraite, deux options se présentent à vous :

  • En cas de départ à cause d’un plan social, les indemnités de départ à la retraite touchées sont entièrement exonérées.
  • En dehors d’un plan social, toutes les indemnités perçues sont imposables en intégralité.

Depuis le 1er janvier 2019, le montant perçu est un montant net de retenue à la source.

Si vous êtes mis à la retraite par votre employeur, toutes les indemnités sont exonérées dans la limite d’un montant fixé par la loi ou par une convention collective d’entreprise, voire un accord professionnel ou interprofessionnel.

La partie de l’indemnité qui dépasse la fraction exonérée est, quant à elle, à déclarer.

Vous pouvez alors demander l’imposition de l’indemnité imposable en suivant le système du quotient.

Les impôts avec les pensions de retraite

Le pensions de retraite sont des revenus imposables, quel que soit le régime de retraite et quelle que soit la forme du versement.

Depuis le 1er janvier 2019, les pensions de retraite sont soumises à la retenue à la source donc le montant perçu est net de prélèvement à la source.

Il convient de déclarer les montants suivants :

  • Les montants reçus des régimes de retraite ;
  • Les sommes versées par les caisses complémentaires ainsi que par les régimes spéciaux de l’État ;
  • Les prestations de retraite perçues sous la forme de capital.

Mais vous devez aussi déclarer les allocations veuvage et les rentes viagères perçues dans le cadre d’un PERP (plan épargne retraite populaire) ainsi que les rentes viagères perçues à titre gratuit (en cas de donation ou d’un testament).

Comment réduire ces impôts à la retraite ?

Deux choix se présentent à vous, le crédit d’impôt et les impôts locaux allégés.

Le crédit d’impôt

Si vous avez plus de 65 ans, vous pouvez bénéficier d’un abattement spécifique sur votre revenu imposable. Une déduction automatique est réalisée sur la déclaration de revenus.

Contrairement à la réduction d’impôt et à la déduction fiscale qui ne sont valables que si vous êtes imposables, le crédit d’impôt permet de vous faire rembourser par le fisc une certaine somme, même si vous n’êtes pas imposable.

En ayant recours à une aide à domicile, le crédit d’impôt est de 50 % dans une limite de 12 000 €/an.

Si un professionnel vient à votre domicile installer des équipements en vue d’un maintien à domicile comme des barres d’appui, une douche sécurisée, une baignoire à porte, vous pouvez aussi prétendre à un crédit d’impôt de 25 % dans une limite de 5 000 €.

Les impôts allégés

Cela concerne la taxe foncière et la taxe d’habitation.

Pour la taxe foncière, si vous avez de faibles revenus, vous pouvez être exonéré entièrement ou bénéficiez d’un dégrèvement de 100 € de la taxe foncière pour votre résidence principale.

Pour la taxe d’habitation, un dégrèvement progressif a été mis en place depuis 2018 et vous pouvez aujourd’hui en être partiellement ou totalement exonéré.

Il est essentiel de bien connaître sa situation au moment de la retraite ou de la préretraite pour identifier les possibles d’exonération, tout du moins de réduction d’impôts.

En cas de doutes, n’hésitez pas à vous contacter vos différentes caisses d’assurance et de retraite, ainsi que les services des impôts de votre département.

Lucile B.

Lucile B.

Véritable experte dans les démarches administratives (retraite, allocations, aides financières, impôts...) depuis plus de 10 ans, je vous transmets avec plaisir toutes mes connaissances.

Sommaire

NOS DERNIERS ARTICLES

PARTAGER :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.