Décès : conservation des cendres

De plus en plus de Français optent pour la crémation plutôt que l’inhumation. Vous devez prendre en charge l’incinération d’un proche et vous vous demandez s’il n’est pas possible de conserver les restes chez vous ? Est-ce que cette solution n’est pas néfaste et surtout, est-elle autorisée par la loi ? Dans le présent article, nous répondons à toutes vos questions sur le sujet.  

La conservation des cendres d’un défunt à la maison 

Auparavant, il était assez habituel de retrouver l’urne d’un défunt dans un coin du salon. Mais depuis 2008, la loi façonnée par le sénateur Jean-Pierre Sueur interdit la conservation des cendres d’un défunt à la maison. Cette loi a été instaurée afin de permettre le traitement des restes d’un défunt avec respect et dignité. Elle permet également d’éviter les excès et les problèmes qui peuvent résulter de la conservation des cendres à domicile

  • urnes gardées dans un grenier ou un sous-sol, finissant par être brisées ou égarées à cause d’un manque d’attention ;
  • cendres dispersées entre plusieurs personnes ou transformées en bijoux et objet mémorial ;
  • familles se disputant la garde de l’urne. 

Vous êtes autorisé à garder les cendres chez vous pendant une courte période, le temps de décider du devenir de l’urne. 

Les différentes options suite à une crémation 

S’il n’est pas possible de garder les cendres d’un défunt à la maison, quelles sont donc les différentes solutions qui s’offrent à vous ? Heureusement, il existe de nombreuses alternatives. Il vous appartient de choisir en fonction de la volonté du défunt ou d’autres facteurs. 

La dispersion des cendres 

La dispersion des cendres constitue la première option. Mais encore, vous devez choisir l’endroit pour effectuer l’opération. 

D’abord, si le défunt a clairement manifesté sa volonté avant sa mort, vous pouvez procéder comme il le souhaite, si c’est autorisé par la loi bien sûr. Il est possible de le faire en pleine nature comme dans la forêt ou en pleine mer. Toutefois, vous devez respecter la distance minimale de 300 m depuis le rivage. 

Bien que cela soit assez complexe, il est aussi possible de réaliser la dispersion dans une propriété privée. Dans ce cas, il faut l’accord du propriétaire et il faut que celui-ci garantisse l’accès au lieu à la famille afin de leur permettre de se recueillir quand il le souhaite. 

Enfin, si vous n’avez aucune idée du lieu pour la dispersion des cendres, vous pouvez le faire dans le jardin du souvenir du crématorium

Quel que soit le lieu de dispersion choisi, il est nécessaire de le notifier à la mairie du lieu de naissance du défunt

L’inhumation dans le columbarium

Chaque cimetière dispose d’un lieu destiné à l’inhumation des urnes, c’est le columbarium. Il comprend plusieurs cases. Vous pouvez acheter une partie pour y déposer votre urne.

Notez que l’inhumation dans un columbarium doit se faire dans le respect de différentes démarches administratives. Il faut également contacter un marbrier qui se chargera d’ouvrir et de fermer la case. 

L’enterrement dans un caveau ou une cavurne 

Il est possible d’enterrer une urne dans un caveau familial. Et même si celui-ci est déjà complet, vous pouvez toujours déposer l’urne dans le vide sanitaire. Cependant, avant de procéder à une telle opération, il est nécessaire de demander l’autorisation de tous les ayants droit, propriétaires de la concession funéraire

Un enterrement au cavurne est aussi possible, toujours avec l’autorisation des ayants droit. 

Le scellement sur une sépulture 

Pour ceux qui possèdent déjà une sépulture familiale, ils peuvent envisager de placer l’urne au-dessus de la sépulture. Dans ce cas, il faut opter pour une urne funéraire en granit ou une urne faite avec un matériau résistant aux intempéries. 

NOS DERNIERS ARTICLES

PARTAGER :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.