Vers une pension de retraite minimum à plus de 1100 € : les contours de la réforme dévoilés

À l’heure où les négociations de la nouvelle réforme des retraites sont en cours, le ministre du Travail a dévoilé les contours de nouvelles mesures. Si une pension minimum à 1 100 € avait été évoquée, son montant pourrait bien être supérieur. Cette revalorisation permettrait à 25 % des pensionnés de bénéficier d’un pouvoir d’achat plus décent.

Vers une augmentation du minimum contributif des pensions de retraite

Durant sa campagne, Emmanuel Macron évoquait son souhait de rehausser le minimum contributif des retraités, afin qu’il puisse atteindre la somme de 1 100 €. En cette période inflationniste, où les ministres se réunissent pour protéger le pouvoir d’achat de nos seniors, Olivier Dussopt, ministre du Travail, a déclaré qu’il comptait bien aller au-delà des 1 100 € pour permettre aux retraités de s’en sortir.

Une pension de retraite minimum équivalente à 85 % du SMIC

Car dans l’optique d’inciter les citoyens à exercer une activité professionnelle, il faut marquer la différence entre le minimum vieillesse et la retraite minimum. À l’ère où les coûts du quotidien et de l’énergie s’envolent, le SMIC est régulièrement revalorisé, tandis que le minimum vieillesse est fixé à 935.

Pour que les personnes ayant effectué une carrière complète puissent profiter de revenus assez conséquents, le montant du minimum contributif devrait être revu pour atteindre 85 % du salaire minimum interprofessionnel de croissance.

25 % des retraités concernés par la pension de retraite minimum

D’après le ministre du Travail, 25 % des retraités pourraient voir le montant de leur pension de retraite revalorisé. Dès l’application de la mesure, les seniors, majoritairement des femmes, devraient pouvoir bénéficier d’un pouvoir d’achat plus conséquent après une carrière menée à terme.

L’usure et la pénibilité prises en compte dans la réforme des retraites

En plus d’évoquer l’augmentation du minimum contributif, les ministres ont aussi abordé le sujet du congé de reconversion. Les salariés exerçant des postes pénibles et étant plus exposés à des risques ergonomiques devraient pouvoir profiter d’avantages supplémentaires. L’usure professionnelle est donc aussi au cœur des négociations qui permettent aux travailleurs et aux retraités d’espérer de meilleures conditions au terme de leur carrière.

Si les retraités les plus aisés craignaient d’être pris à parti pour financer les dépenses engendrées par ces nouvelles mesures, le ministre du Travail se veut rassurant. Cette thèse étant définitivement écartée, les pensionnés les mieux lotis ne devraient en aucun cas voir leurs rentes être revues à la baisse.

Deborah

Deborah

Passionnée de littérature depuis toujours, je mets ma plume à disposition de mes lecteurs afin de leur permettre d’être informés de leurs droits et de faciliter leurs démarches. Mon goût pour la rédaction et ma curiosité me poussent à aborder de nombreux sujets qui j’espère apporteront des réponses aux questions que se pose le plus grand nombre.

Sommaire

LES DERNIERS ARTICLES