La retraite progressive : les principes de base

La retraite progressive est un système permettant à un salarié de recevoir sa retraite tout en exerçant son travail à temps partiel. Grâce à ce dispositif, l’employé en retraite peut percevoir l’intégralité ou seulement une partie de sa pension. Qui plus est, la retraite progressive permet au salarié, ayant atteint l’âge légal du départ à la retraite, de continuer à cotiser en travaillant. Ces sommes perçus durant l’exécution de ce travail à temps partiel seront comptabilisés lors de son départ définitif à la retraite. Voici donc les principes de base à savoir sur cette retraite progressive.

La démarche à suivre pour bénéficier de la retraite progressive

Avez-vous l’intention de prendre une retraite progressive ? Sachez avant tout qu’elle ne s’acquiert pas de façon automatique. Aussi, pour pouvoir bénéficier de ce système, il est indispensable d’effectuer une demande de retraite progressive auprès de l’organisme compétent.

Ainsi, vous devez remplir le formulaire de demande de retraite progressive. Les questions posées dans ce formulaire dépendent de votre statut professionnel au sein de l’entreprise. Pour être recevable, ce formulaire doit être accompagné d’une multitude de pièces justificatives comme la carte d’identité ou passeport, le contrat de travail à temps partiel, livret de famille et autres. Par la suite, vous devez transmettre votre demande de retraite progressive à la caisse de retraite de votre région.

Dans la mesure où vous travaillez au sein d’une entreprise, vous devez obtenir une attestation auprès de votre employeur. Cette attestation doit mentionner que vous exercez une activité à temps partiel c’est-à-dire 40 à 80 % de la durée normale du travail dans cette entreprise. Après l’avoir obtenu, le salarié doit adjoindre ce document d’attestation à son formulaire de demande de retraite progressive.

La demande doit se faire dans un premier temps auprès de la caisse de retraite de base. Ensuite, vous pourrez déposer un dossier à votre organisme de retraite complémentaire.

Zoom sur les bénéficiaires de ce dispositif

Pour bénéficier de la retraite progressive, le salarié doit avoir un statut particulier. Seuls les salariés agricoles, les salariés privés, les agents de la fonction publique soumis au contrat de travail et les fonctionnaires territoriaux peuvent bénéficier du dispositif de la retraite progressive. À cette liste s’ajoutent les travailleurs indépendants qui œuvrent dans le secteur commercial, agricole et artisanal.

Il faut travailler moins de 28 heures par semaine pour pouvoir bénéficier de cet avantage.

Notez toutefois que les personnes exerçant les professions libérales comme les avocats ou les médecins à titre d’exemple ne peuvent prétendre au bénéfice de ce système. S’agissant des officiers du ministère public comme les huissiers de justice à titre d’illustration, ces derniers ne peuvent accéder à la retraite progressive. Il est de même pour les fonctionnaires titularisés, les commerciaux détenant le titre de VRP, les dirigeants des entreprises, les mandataires sociaux et les travailleurs affilié aux régimes spéciaux tels la Banque de France et la SNCF.

Montant de la retraite progressive

Le montant de la retraite progressive varie en fonction de la somme provisoire de votre retraite complète. Cette dernière constitue la pension que vous deviez percevoir si vous aviez complètement arrêté de travailler. 

Par la suite, il faut s’appuyer sur deux données. Vous devez prendre en compte le nombre de trimestres ainsi que la durée de votre travail à temps partiel. Pour ce qui concerne le calcul de la pension progressive, la formule est le même que celle de la retraite définitive.

Le montant mensuel moyen de la retraite progressive versée par la Sécurité sociale, selon la CNAV, équivaut à :

  • 430 € pour un homme ;
  • 376 € pour une femme.

Les conditions d’obtention

Outre le fait d’atteindre l’âge légal de départ à la retraite, le salarié doit prouver qu’il possède une assurance retraite pour pouvoir profiter de la retraite progressive. Sachez que la durée de cette assurance est de 150 trimestres au minimum sur les divers régimes de retraite. De plus, pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, le salarié doit exercer une ou plusieurs activités et ce, à temps partiel.

L’autre condition tient obligatoirement sur le passage du temps complet à la réduction de la durée de travail. Vous devez ainsi justifier en bonne et due forme que vous travaillez de 40 % à 80 % de la durée légale de travail applicable au sein de votre entreprise.

Dans l’hypothèse où vous avez déjà travaillé à temps partiel, vous avez pleinement le droit de prendre votre retraite progressive. Notez que vous n’avez pas besoin, dans votre situation, de réduire la durée de votre travail de 40 % à 80 %.

Avantages de la retraite progressive

Le système de la retraite progressive détient l’avantage de pouvoir quitter son travail de manière douce. Qui plus est, grâce à ce dispositif, vous avez l’opportunité de continuer de cotiser votre pension. Vous avez donc l’opportunité d’augmenter votre pension à travers votre travail à temps partiel.

La retraite progressive constitue ainsi le meilleur moyen pour optimiser la fin de votre carrière

À quel moment se termine la retraite progressive ?

La retraite progressive s’achève dès lors que le salarié ne respecte pas les conditions relatives à ce dispositif. L’arrêt de travail, la perte de l’emploi, le non-respect de la durée de travail dont la limite est de 40 à 80 % du temps plein, l’exercice d’une activité parallèle ne vous donnant pas le statut de salarié constituent des motifs valables pour mettre fin à votre retraite progressive.

Le dispositif de retraite progressive peut également s’achever par la volonté du salarié. Pour ce faire, vous pouvez donc demander votre mise en retraite définitive.

PARTAGER :

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS DERNIERS ARTICLES